FIGUREZ-VOUS… QUE "CONTINUER À VOIR LES COPAINS" EST UN ENJEU MAJEUR DANS L’EXPERIENCE DE LA RETRAITE DES TRAVAILLEURS EN "ESAT".

@ Delporte - Typologie des expériences de retraite de travailleurs en ESAT (ILVV Figures du mois)

Muriel Delporte, sociologue, s’intéresse à la façon dont les politiques publiques et les dispositifs institutionnels façonnent les expériences individuelles du vieillissement des personnes en situation de handicap. Elle a étudié l’expérience de la retraite des travailleurs d’ESAT (établissements et services d’aide par le travail), qui ont vécu une imbrication forte du travail, du lieu de résidence et des loisirs.

À partir d’une centaine d’entretiens auprès de travailleurs en fin d’activité et retraités, de professionnels et de l'entourage, elle montre que l’ESAT est un lieu de sociabilité quasi exclusive : les amis sont toujours des collègues, même si les collègues ne sont pas tous des amis. Le passage à la retraite provoque un découplage violent des différentes sphères de la vie.
 

L'enjeu est de recréer un équilibre lors de la transition vers la retraite. Ses analyses donnent à voir des expériences contrastées de la retraite en fonction des conditions de la transition. Elle en brosse une description résumée ici en trois vécus (Figure).

Le maintien des relations amicales joue un rôle essentiel : continuer à « voir les copains » occupe une place centrale dans les discours des retraités. Une transition accompagnée, préservant les relations significatives, va de pair avec un investissement dans de nouvelles activités ou relations (Retraite découverte). A contrario, dans le cas de ruptures brutales, les personnes sont plus enclines à l'insatisfaction dans le présent, au rejet des supports qui s’offrent à elles, à restreindre leurs activités et à exprimer ennui et nostalgie du travail (Retraite perdition). Enfin, une transition qui se prolonge, notamment par des changements de lieu de vie, se traduit par un sentiment d'instabilité qui génère de l’incertitude quant à l'avenir.

Ainsi, au-delà, de la nécessité d'accompagner la sortie d'activité, cette recherche invite à repenser l’organisation du milieu de travail protégé, notamment en diversifiant les cercles de sociabilité.

Muriel Delporte, sociologue, chercheure associée CeRIES (Université de Lille) et conseillère technique au CREAI des Hauts-de-France.

  • Delporte, M. (2019). Construction d’une scansion particulière des âges de la vie : les « personnes handicapées vieillissantes » en France, Revue suisse de travail social, p. 108 – 121.
  • Delporte, M. (2019). Les personnes handicapées vieillissantes : une minorité ?, Dequire, A.F., Toulotte, S. (dir.), Minorités et travail social en Europe, Paris, L’Harmattan, collection espaces interculturels, p. 159 – 169.
  • Delporte, M. (2018). « Voir les copains » : un enjeu central dans l’expérience de la retraite des travailleurs handicapés, Giacomini A., Lefebvre P.O. (coord.) Penser les différences dans l'avancée en âge, revue Essentiels amis des aînés France n°8, p. 26 – 28.
  • Delporte, M. (2016). L’épreuve de la retraite en milieu protégé. Les travailleurs handicapés dans la fabrique du vieillissement. Thèse de sociologie menée sous la direction de Vincent Caradec, soutenue publiquement à l’Université de Lille le 13 décembre 2016.
  • Delporte M. (2015). « L’expérience de la retraite des travailleurs handicapés », Vieillir en situation de handicap, Le Sociographe n°52, p. 33 - 44.

Retrouvez aussi bientôt une contribution de Muriel Delporte dans la Lettre d'information de l'ILVV d'octobre 2021 (à venir).